Le Sélénium : un oligo-élément antioxydant qui vous veut du bien

23/09/2015
tas-de-noix-du-bresil-forte-teneur-en-selenium

Pour que notre organisme fonctionne parfaitement, nous avons besoin d’oligo-éléments. Importants pour le développement de la structure des cellules et des tissus, ils interviennent également dans les mécanismes de défenses immunitaires, pour nous protéger des agressions extérieures (agents infectieux, agents responsables d'allergies).

L’action du sélénium sur la santé

Le sélénium est un super-héros dans le monde des oligo-éléments. Son action se déroule auprès de tous les enzymes antioxydants, dans notre corps. Il agit sur les radicaux libres (action anti-radicalaire), des ennemis qui contribuent au vieillissement de nos cellules. On prête au sélénium, outre son action anti-oxydante, un rôle de « bienfaiteur » qui pourrait prévenir l’apparition de maladies cardio-vasculaires et certains cancers. C’est le cas notamment pour les cancers du côlon, de la prostate ou du poumon. Attention toutefois, à ce jour, aucune étude ne prouve que le sélénium réduise le risque cancéreux.

Selon l’âge, les besoins en sélénium varient. Ils sont relativement faibles, de quelques microgrammes par jour ! Puisque le corps ne synthétise pas le sélénium, celui-ci doit être apporté par l’alimentation. Les besoins évoluent de 15 µg pour un nouveau-né à 20 µg jusqu’à l’âge de 3 ans. Pour un adulte, la quantité recommandée est de 55 à 60 µg. Pour les séniors, les apports peuvent être supérieurs, à 70 - 80 µg par jour.

Où trouver du sélénium ?

Beaucoup d’aliments contiennent du sélénium, les produits d’origine animale notamment. C’est le cas des produits marins tels que le thon, le saumon, le hareng ou encore le maquereau, mais aussi les huîtres, les coquillages et crustacés. Vous êtes plutôt viande ? Vous trouverez du sélénium dans la dinde, la rôti de porc cuit et le jambon cuit, mais aussi en grande quantité dans les abats (foie de veau, rognons). Vous pouvez aussi jeter votre dévolu sur certains fromages (roquefort, fêta et camembert) ou des légumes (haricots blancs par exemple). L’aliment champion en teneur en sélénium ? La noix du Brésil. Une noix contient tous les apports d’une journée.

Êtes-vous en manque de sélénium ? Il y a fort à parier que non. L’alimentation occidentale permet de couvrir sans efforts les besoins du corps humain. Les carences en sélénium apparaissent chez les personnes atteintes de certaines maladies, notamment des troubles digestifs. Vos apports sont bons, mais vous souhaitez en consommer plus ? Attention aux excès. Au-delà d’une certaine quantité journalière (200 à 300 µg par jour), le sélénium peut avoir un effet dévastateur, totalement inverse à sa vocation première. Il devient toxique, développe un vieillissement prématuré, sans parler d’effets secondaires (diarrhées, nausées, perte de cheveux). Attachez-vous à conserver une alimentation équilibrée pour maintenir les bons apports quotidiens en sélénium, cet oligo-élément méconnu mais au pouvoir puissant.