L'opération pour corriger sa myopie

L'opération pour corriger sa myopie

Affectant près de 39 % de la population française, la myopie est un trouble visuel qui peut être corrigé de différentes manières. Pour pallier le manque d'esthétisme des lunettes ou rectifier une forte myopie, l'opération au laser s'avère un recours de choix. Zoom sur les différentes pratiques opératoires possibles.

Le laser de surface

Il est adapté aux myopies de faible degré (-1 à -3 dioptries) et peut être réalisé dans tous les services hospitaliers disposant d'un chirurgien spécialisé en ophtalmologie. Durant l'opération, toute la cornée résiduelle est retirée et il n'y a pas de risque de volet cornéen. Toutefois, le processus de guérison est long et douloureux et la survenue d'opacification de la cornée est fréquente.

Le Lasik classique

Le Lasik classique est l'acte chirurgical qui convient le mieux aux myopies faibles (-1 à -3 dioptries) et aux myopies moyennes (-3 à -9 dioptries). Il permet le traitement simultané des deux yeux, facilite la rectification d'un astigmatisme associé et n'engendre pas d'opacification de la cornée. Néanmoins, il n'est pas praticable sur les cornées fines et peut occasionner une déchirure du volet cornéen.

Le Laser Femtoseconde

Il est réalisé en cas de myopie légère, de myopie moyenne ou de myopie forte (-9 à -13 dioptries). Même les cornées fines peuvent être traitées avec ce type d'acte chirurgical qui évite les déchirures du volet cornéen. L'opération est plus précise et l'astigmatisme associé est mieux rectifié. Cependant, l'intervention est onéreuse et les services spécialisés qui la pratiquent sont peu nombreux. Notons que le Laser Femtoseconde peut être plus performant lorsqu'il est associé à des traitements optimisés.

L'implant myopique

Adapté aux myopies fortes et aux myopies sévères (>-13 dioptries), il s'accommode au traitement des cornées très fines. Bien que l'intervention nécessite plusieurs heures, le résultat obtenu est plus précis et la vision est de meilleure qualité. Le revers de cette opération est que les risques d'effets secondaires sont accrus et que la rectification de l'astigmatisme associé n'est pas toujours possible.