Tout savoir sur les médicaments génériques

26/09/2013
Tout savoir sur les médicaments génériques

Les médicaments génériques sont bien souvent au cœur de polémiques et de débats dans le monde de la santé.

Moins chers, leur consommation est encouragée par l'Assurance Maladie en remplacement des médicaments "originaux". Les génériques sont, sur de nombreux points, identiques à un médicament autorisé (molécule princeps) ce qui en fait un choix totalement sûr pour la santé. Découvrons en détails ce que signifie ce terme de "générique" et les différences avec un médicament traditionnel.

Générique face à médicament d'origine : quelles différences ?

Pour simplifier, un médicament générique est une "copie" d'un médicament original. Attention, il ne faut pas s'y méprendre, le terme de "copie" n'est pas à associer à une contrefaçon. Ici, la "copie" d'un médicament d'origine (appelé molécule princeps) est encadrée et doit répondre à un cahier des charges strict. La substance active du médicament est la même, tout comme la vitesse à laquelle le principe actif est libéré dans l'organisme est elle aussi surveillée.

Avant d'être mis en vente (obtention d'une AMM, Autorisation de Mise sur le Marché), un médicament générique est testé et doit prouver sa "bioéquivalence" avec le princeps.

- Même quantité de substance active.
- La substance active est présente sous une forme similaire.
- La dose par unité de prise est identique.
- La vitesse de passage du principe actif dans l'organisme doit être similaire (± 20 %).

Les différences possibles entre un "générique" et un médicament d'origine peuvent concerner la présentation du médicament, son goût, sa couleur, et les excipients.

Génériques : des médicaments au rabais ?

Les études réalisées par l'Assurance Maladie montrent que l'efficacité des médicaments génériques est la même que celle des princeps. L'Agence du Médicament (ANSM) confirme ce constat, bien que pointant un taux de "non conformité" supérieur pour les génériques. Ces défauts de qualité restent toutefois l'exception, et les médicaments génériques ne sont pas des "sous-médicaments". La fabrication fragmentée et délocalisée des médicaments génériques est souvent pointée du doigt comme responsable de ce taux élevé. L'ANSM est toutefois aussi vigilante face à un médicament générique que lors du contrôle d'un princeps, n'établissant pas de différence de traitement. Cette garantie permet une protection des consommateurs.

Les médicaments génériques représentent aujourd'hui 27% du marché pharmaceutique remboursable (chiffres Association Gemme) soit 675 millions de boites de médicaments vendues chaque année. Le taux de 79% de substitution est aujourd'hui atteint, et démontre que les patients acceptent les génériques. "En 2012, les économies réalisées grâce aux génériques représentent plus de 2,4 milliards d'euros. Depuis 2000, les économies cumulées sont de plus de 13,4 milliards d'euros" explique l'association. Ces chiffres devraient encore augmenter, certains voisins comme l'Angleterre ayant des taux de pénétration du générique encore plus importants, proches des 50%.