Médicaments en libre-service : comment bien utiliser l’automédication ?

08/12/2015
femme-qui-prend-comprimes

Dans les pharmacies, vous avez sans doute remarqué ces médicaments qui, cela peut paraitre surprenant, sont en libre-service. En effet, certains médicaments ne nécessitent pas l’intervention d’un médecin pour poser un diagnostic, et sont à disposition des consommateurs, librement.

En France, c’est l’Agence Nationale de la Santé et du Médicament (ANSM) qui définit la liste des médicaments qui peuvent être présentés en accès direct. Quels sont les critères ? Quelles règles respecter pour bien utiliser ces médicaments ? Réponses.

 

Les règles concernant les médicaments en libre-service

Clarifions un point : tous les médicaments ne peuvent pas être proposés en libre-service. En effet, l’ANSM possède des critères pour autoriser ou non un accès facilité à certains produits. Les médicaments accessibles sans ordonnance présentent une posologie claire, une durée prévue de traitement mais aussi une notice adaptée. Car pour permettre aux consommateurs de se « débrouiller », les informations doivent être compréhensibles. Heureusement, certains médicaments sont exclus de cette liste :

  • Il n’est pas possible d’acheter librement des médicaments qui présentent des contre-indications majeures, ou encore un risque important d’interactions médicamenteuses (complications si consommation avec d’autres produits).
  • Les médicaments à destinations des enfants, « dont le niveau de sécurité ne serait pas suffisant pour une utilisation en automédication », sont eux aussi exclus.

 

Le rôle de conseil du pharmacien indispensable pour l’automédication

Le décret sur les « médicaments de médication officinale » qui rend accessible aujourd’hui près de 500 produits (liste accessible sur le site de l’ANSM) ne doit en rien enlever aux pharmaciens leur rôle de conseil. Bien au contraire. Il leur revient de rappeler les règles de bon usage du médicament en question. Certes, les risques avec l’utilisation de ces médicaments sont réduits, mais pas totalement nuls.

Si vous souhaitez vous aussi recourir à l’automédication pour gagner du temps (pas de consultation chez le généraliste) et trouver une réponse adaptée à certains troubles, reposez-vous sur l’expertise de votre pharmacien. C’est un professionnel de santé expérimenté.

  • Faites valider le choix du médicament sélectionné par le pharmacien, au regard de votre profil (âge, sexe, poids, antécédents).
  • Faites preuve de vigilance sur certains médicaments si votre situation est particulière (allergies, affection de longue durée, grossesse).

Pendant le traitement, respectez les consignes données. Si vous remarquez un événement indésirable (malaises, vomissements, vertiges), il est important de le signaler à votre médecin ou votre pharmacien ! Il pourra alors agir et vous aider.