Automédication : le b.a-ba en cas de bobo !

18/03/2012
conseils automédication

Les Humeurs de François : parlons de l'automédication !

>> Mal de tête carabiné… troubles digestifs… coup de froid… rhum… mal de gorge…
« Je ne vais quand même pas aller chez le médecin  pour si peu. Je suis grand, je sais comment me soigner ! »

  
C’est bizarre… Alors qu’il faut des années et des années d’études pour devenir médecin ou pharmacien, nous nous découvrons toujours des talents de docteur pour guérir nos petits bobos. Et nous sommes nombreux dans ce cas : en 2010, 85 % des français ont déclaré avoir eu recours à l’automédication.
Ce chiffre spectaculaire est la conséquence de 3 phénomènes : 1) la publicité sur les médicaments en vente libre ou déremboursés 2) les campagnes de sensibilisation des pouvoirs publics, 3) la multiplication des sites de santé sur internet, dont les conseils attirent de plus en plus de monde. Attention quand même…

  

« OUI, il est possible de pratiquer l’automédication… »

   C’est mon pharmacien qui me l’a dit !

D’abord, c’est quoi l’automédication ? L'automédication consiste pour un  individu à soigner ses maladies avec des médicaments autorisés, accessibles sans ordonnance, sûrs et efficaces dans les conditions d’utilisation indiquées. 
 

Pour quels symptômes peut-on s’automédiquer sans risque ? Il s’agit à la fois des symptômes les plus courants et les plus bénins, comme la fièvre, le « nez qui coule » ou la toux par exemple. Mais l’automédication peut également concerner quelques maladies spécifiques, facilement localisables : crises d’hémorroïdes, brûlures d'estomac…
 

Quels sont mes médicaments les plus utilisés ? Les produits utilisés pour l'automédication sont les médicaments dits de prescription médicale facultative (PMF). C’est à dire ceux que l’on peut se faire prescrire par son médecin ou acheter sans ordonnance. En tant que médicaments, ils sont vendus exclusivement en pharmacie. Pour être totalement clair, ils ne sont pas en libre service, et seul un pharmacien peut vous les délivrer.

  

      Regardez votre armoire à pharmacie, et comparez !

HIT PARADE DES MEDICAMENTS EN AUTOMEDICATION

En tête, le Doliprane ®, antalgique à base de paracétamol. Viennent ensuite la Biafine ®, crème contre les brûlures puis l'Efferalgan ®, la Bétadine ® et l'Actifed ®. Atchoum !

IMPORTANT ! Il n’est pas question d’utiliser des antibiotiques qui auraient été recommandés dans le passé, ou des médicaments prescrits pour votre conjoint.

  

« … mais sous certaines conditions ! ».

Il s’agit toujours de mon pharmacien.

Quelles sont les limites à l’automédication ? A priori, vous n’êtes pas médecin ! Et rien ne remplace l’expertise d’un docteur ou les conseils de votre pharmacien.Par exemple, si vous souffrez de douleurs violentes ou de maux persistants, si vous êtes atteint d’une maladie chronique comme le diabète ou d’une affection cardiaque, si vous êtes enceinte ou si vous allaitez un bébé… seul votre médecin doit être votre interlocuteur.

Pourquoi les conseils d’un médecin ou d’un pharmacien sont-il essentiels ? Ce sont les seuls à pouvoir adapter un médicament au besoin du patient. Entre un mal de tête après une journée trop fatigante ou un mal de tête qui dure depuis une semaine, le remède n’est pas le même… même si le symptôme est identique. Voici pourquoi l’automédication ne doit jamais durer longtemps.

Au final,bien que l’efficacité et la sécurité de tous les médicaments soient dûment établies, il vaut mieux s’informer avant d’acheter un médicament ne nécessitant pas d’ordonnance. Et moi, j’ai un très bon pharmacien !

  

A bientôt avec MAPA Santé.

François