Les vaccinations : elles rendent malades les pires... maladies !

29/08/2012
Conseils sur la vaccination

Les humeurs de François : les vaccins.

ROR, DT Polio, BCG… Derrière ces noms « barbares » se cachent des bienfaiteurs de l’humanité ! Il s’agit en effet de vaccins, et les vaccins ont un double intérêt. Ils nous permettent à la fois de nous protéger individuellement contre des infections dangereuses, et ils assurent une protection collective en contribuant à éliminer certaines maladies.

>> Apparue à la fin du 18ème siècle avec le vaccin contre la variole, la vaccination s'est développée à partir du 19ème siècle (Pasteur et son vaccin contre la rage), permettant de réduire considérablement le nombre de malades et de décès dus aux maladies infectieuses.

>> Mais les bactéries et virus ne se reposent jamais ! La vaccination reste aujourd’hui la seule solution pour se protéger, des tout-petits aux plus âgés, contre certaines maladies potentiellement mortelles : diphtérie, tétanos, poliomyélite, tuberculose…

LA VACCINATION EN QUESTIONS… ET SURTOUT EN RÉPONSES

  • « La vaccination, comment ça marche ? »

La vaccination stimule les défenses immunitaires de l'organisme contre les microbes extérieurs.

Les vaccins sont préparés à partir d'un microbe rendu inactif ou d'un virus vivant atténué. Une fois dans l'organisme, le vaccin provoque la formation d'anticorps protecteurs qui détruiront le microbe en question, s’il entre en contact avec le « vacciné ».  

  • « Doit-on vacciner les enfants dès leur plus jeune âge ? »

L'âge des premières vaccinations est fixé à 2 mois, et même 1 mois pour la tuberculose. L'objectif est de protéger le plus tôt possible les petits contre les infections potentielles.

  • « Quelle est la différence entre vaccin obligatoire et recommandé ? »

C’est le Conseil supérieur d'hygiène publique de France qui décide. Les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (DTP) sont obligatoires pour les enfants de moins de 18 mois. Quant aux vaccins recommandés, ils concernent notamment la tuberculose (avec le BCG), la coqueluche, la méningite, l’hépatite B, la rougeole, les oreillons et la rubéole (avec le ROR).

  • « Pourquoi faut-il faire des rappels (pour la diphtérie, le tétanos, la polio) ? »

Pour les vaccins inactivés, le nombre d'anticorps induits par la première vaccination diminue avec le temps, ce qui nécessite l'injection de rappels à intervalles réguliers afin d’obtenir une protection optimale.

  • « Où se faire vacciner ? »

Le plus simple est de se faire vacciner chez son médecin traitant. Vous pouvez aussi le faire via la médecine du travail ou dans un centre de vaccination gratuit (renseignez-vous auprès de votre mairie).
… ET DANS TOUS LES CAS, FIEZ-VOUS A VOTRE CARNET DE SANTE !

HALTE AUX IDEES RECUES !

  • « La vaccination affaiblit les défenses immunitaires »

ARCHI-FAUX ! La vaccination permet à notre organisme de générer des anticorps pour se défendre lorsqu'il rencontre le microbe. Elle renforce donc les défenses immunitaires.

  • « Se faire vacciner rend malade… »

ENCORE FAUX ! C’est vrai, certains vaccins peuvent provoquer des effets secondaires désagréables (fièvre, douleur au point de l’injection) mais cela ne dure jamais longtemps… et n’est rien par rapport aux maladies évitées.

... A SAVOIR...

  • Voyage, voyage ! Oui mais jamais sans mon vaccin.

Quand vous voyagez, certains vaccins sont obligatoires parce qu’ils correspondent à des maladies inconnues ou disparues en France (fièvre jaune, méningite, hépatite A). Pensez à consulter votre médecin avant votre départ.

  • Atchoum ! Prenez définitivement la grippe… en grippe

Le vaccin grippal est fortement recommandé pour les personnes âgées de 65 ans et plus, ou pour celles victimes d’affections broncho-pulmonaires récurrentes.

  • Un vaccin… bien fait pour les autres

La rubéole est une maladie bénigne… qui ne devrait pas nécessiter de vaccination. Oui mais !!! Elle peut entraîner des malformations congénitales chez le nouveau-né dont la mère a contracté la maladie durant la grossesse.

A bientôt avec MAPA Santé.

François