Soufflez fort !

30/01/2014
Soufflez fort !

Dès les premiers vents frais et humides de l’automne, vous craignez son retour…

Grand classique de saison, parfois servi avec toux et fièvre, le rhume nous gratifie chaque année de sa compagnie infectieuse. Les rhinovirus et les coronavirus, responsables de la pathologie, s’attaquent le plus souvent aux enfants, dont le système immunitaire est encore en développement. Cependant, les adultes ne sont pas épargnés.  

>>> Alors comment venir à bout de la bête ?

Premier reflexe de survie : se procurer des mouchoirs ! Incontournables si vous ne voulez pas subir les regards noirs de vos collègues, excédés par vos reniflements. Outre le maintien des bonnes relations de voisinage, ce geste salvateur permet avant tout d’évacuer les écoulements, première étape vers la guérison. Pour vous épargner quelques nuits blanches à tenter des positions saugrenues dans l’espoir de sentir l’air circuler dans vos narines, vous pouvez miser sur les pulvérisations nasales. Ce « récurage » aura pour effet de désencombrer les voies aériennes et vous permettre de compter les moutons en toute sérénité. « Bois de l’eau ! ». Bon point pour votre entourage qui vous a inévitablement dispensé ce conseil. C’est effectivement recommandé pour compenser la légère déshydratation occasionnée par le rhume.

Dans un élan de désespoir, certains pourront opter pour la solution à tous les maux : les antibiotiques ! Belle tentative, mais malheureusement inutile puisque le rhume provient d’une infection virale et non bactérienne. Avec quelques encouragements, les symptômes liés au rhume s’atténueront spontanément au bout de quelques jours. Néanmoins, si ceux-ci persistent ou s’aggravent, mieux vaut délaisser les remèdes de grand-mère et consulter un médecin. Le rhume peut parfois dégénérer en sinusite, en bronchite, en pharyngite voire en otite.

Pour les préventionnistes, voici quelques conseils pour vous épargner les rhino-désagréments : se laver les mains fréquemment, s’hydrater, pratiquer une activité physique régulière, dynamiser vos défenses immunitaires par l’alimentation, et surtout, garder vos distances avec les « toussoteurs ».

Et si malgré ces précautions le rhinovirus vous rattrape, rappelez-vous le conseil de votre maman lorsqu’elle tenait amoureusement le mouchoir devant notre nez encombré : " Allez, souffle fort mon chéri ! "