Pourquoi il ne faut pas attendre d’être âgé(e) pour se préoccuper de son cholestérol

05/02/2015
Pourquoi il ne faut pas attendre d’être âgé(e) pour se préoccuper de son cholestérol

Comment prévenir les risques cardiaques liés au cholestérol ?

Vous ne fumez pas. Votre pression artérielle et votre poids sont dans les clous. Vous n’êtes pas non plus diabétique. Mais malgré tous ces indicateurs positifs, vous êtes peut-être en situation d’hypercholestérolémie. À court terme, pas de danger. Mais à long terme, un excès de cholestérol, même minime, entraînera la formation d’un dépôt graisseux au sein de vos canaux sanguins, favorisant ainsi les maladies cardiovasculaires.

Le taux cholestérol à surveiller dès 35 ans

Une étude américaine, publiée dans la revue Circulation, révèle que, pour un individu âgé de moins de 55 ans, chaque décennie passée en situation d’hypercholestérolémie augmente le risque de maladie cardiaque de 39%. À la lumière de ces résultats, il parait essentiel de ne plus attendre 50 ou 60 ans pour se préoccuper de son cholestérol.

Selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire daté de septembre 2013,  un Français sur cinq présenterait un taux de cholestérol dit « LDL » - le mauvais cholestérol - supérieur à 1,6g/L, palier considéré comme dangereux pour la santé. L’étude portait sur un échantillon de près de 2000 individus, entre 18 et 74 ans. 

Comme prévenir les risques cardiaques ?

En matière de lutte conte le cholestérol, exercices physiques et alimentation équilibrée sont les maîtres mots. La pratique d’un sport de façon régulière aide à modérer le taux de triglycérides et du mauvais cholestérol dans le sang. Côté assiette, vous pouvez orienter vos repas vers des aliments naturellement anti-cholestérol, comme la pomme ou l’avocat,  sans pour autant entamer un régime drastique.

Gardez en tête qu’il n’est jamais trop tôt pour évoquer avec votre médecin votre santé cardiaque et adopter les bonnes pratiques en matière de prévention.