Avez-vous déjà vécu un épisode d’ivresse du sommeil ?

07/09/2014
Avez-vous déjà vécu un épisode d’ivresse du sommeil ?

Méconnue du grand public, l’ivresse du sommeil toucherait 1 individu sur 7.

Incapacité à se lever lorsque le réveil retentit, sensation de désorientation spatio-temporelle, propos incohérents ou encore comportement agressif au saut du lit… Vous souffrez peut-être d’ivresse du sommeil.

Décryptage d'un trouble du sommeil méconnu

Les chercheurs américains ont mené l’enquête. Leur étude, réalisée sur près de 20 000 adultes, révèle que 15% d’entre eux ont présenté des épisodes d’ivresse du sommeil au moins une fois au cours de l’année dernière.  Mention spéciale aux petits et aux gros dormeurs (respectivement moins de 6h et plus de 9h de sommeil), qui sont les plus touchés. 

Le passage – souvent forcé -  de l’état de sommeil profond à celui d’éveil est le principal élément déclencheur. Néanmoins, l’état semi-léthargique que nous subissons après une longue nuit de sommeil, cette impression d’avoir « trop » dormi… C’est aussi l’ivresse du sommeil !

Pour prévenir ce trouble, il est conseillé de réguler son temps de sommeil entre 7 et 8 heures par nuit. Si la fatigue s’installe, mieux vaut privilégier une sieste de 20 à 30 minutes au cours de la journée qu’une longue grasse matinée. Portez aussi une attention particulière à la qualité de votre réveil. Troquez par exemple votre brutal « bip-bip» matinal contre un simulateur d’aube. Ce dispositif diffuse une lumière progressive (imitant le lever du soleil) quelques temps avant que l’alarme ne se déclenche pour réveiller votre métabolisme de façon « naturelle ».